• Mylene Dallenbach

Du Bodoni pour Nelly Frontanau Coaching

Mis à jour : sept. 3



C’est à la fin du XVIIIe Siècle que furent gravés les premiers caractères de Jean-Baptiste Bodoni; son idéal de perfection le pousse à expérimenter, à aller toujours plus loin dans la radicalisation des caractères. Les pleins deviennent de plus en plus épais et noir, les déliés de plus en plus fins et les empattement ne sont plus que de simples filets horizontaux : le caractère vedette de Bodoni est né, austère et majestueux, vertical et statique. La révolution française, l’empire et la restauration, qui en appliquant le Bodoni pour leur décrets et assignats, lui ont conféré une incontestable aura de rigueur, d’austérité, et un goût d'administratif, une autorité naturelle.

Quelques années plus tard c’est le renouveau du romantisme et tous les jeunes écrivains passionnés, de Stendhal à Balzac en passant par Hugo ou Baudelaire, qui en s'appropriant la noirceur et la maigreur du Bodoni lui donnèrent sa connotation littéraire est intellectuelle, majestueuse, aristocratique et précieuse. Cette connotation a été renforcée et agrémenté d’une touche d’élégance féminine et de classe avec l’utilisation du Bodoni dans l’univers de la mode à partir des années 1950, et particulièrement dans les logos des revues ELLE, Harper's Bazar ou Vogue.


La fluidité du Bodoni, en italique et bas de casse uniquement, a permis de distiller la longueur du texte et de faire disparaitre la lourdeur des nombreux N en retravaillant l'élégance naturelle du F.

En découvrant la féminité, l'audace et le parcours professionnel de Nelly Frontanau on ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec la merveilleuse histoire du caractère Bodoni.


14 vues